Diffusion

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

Théâtre national - CHR0NIQUE D'UNE VILLE EPUISEE|LIFE : RESET

Cici Olsson

LIFE : RESET | CHRONIQUE D'UNE VILLE EPUISEE

Texte et mise en scène Fabrice Murgia /Cie Artara

TELECHARGER LA FICHE TECHNIQUE

TELECHARGER LE DOSSIER DE DIFFUSION

TELECHARGER LES PHOTOS EN HD


DATES À VENIR


Pas de nouvelles dates



"Une femme seule s’invente un double sur internet et s’enferme petit à petit dans un monde virtuel. Pas un mot mais une comédienne troublante (Olivia Carrère) dans un univers visuel et sonore fascinant." Le Soir, Jean-Marie Wynants

« Lors d’un voyage en train à la tombée du soir ou d’une virée nocturne à la périphérie de nos grandes villes, il arrive que nos yeux soient attirés par des fenêtres scintillant dans le noir, des fenêtres comme des yeux grands ouverts qui cachent le secret de nos vies quotidiennes. » Fabrice Murgia

Après Le chagrin des Ogres (Prix Odéon-Télérama du meilleur spectacle et prix du public - dans le cadre du Festival Impatience), Fabrice Murgia nous propose une pièce muette sur la (non) communication. Une jeune femme rentre chez elle du boulot, épuisée et seule. Suivant une routine stricte, elle accomplit les rituels quotidiens qui l’aident à garder prise sur la vie et à oublier l’angoisse de la mort, trouvant par ailleurs refuge dans une existence virtuelle.

Fabrice Murgia crée un itinéraire à la lisière des gouffres de l’existence contemporaine, soutenu par un paysage sonore signé Yannick Franck et un environnement vidéo signé Arié van Egmond. LIFE : RESET conduit à une fusion inquiétante entre le fantasme et la réalité.

«Il s’agit d’un spectacle sur la fin des libertés. En quête de silence, le corps de cette citoyenne doit parler d’une nouvelle forme de servitude volontaire, de la fin de la vie privée, d’une incompétence à être seule face à elle-même dans des rapports sociaux presque uniquement générés par internet, et enfin de la douleur qui peut naître de ces nouveaux liens mal définis, fragiles, bien que consistants et quasi-uniques pour ce qui concerne  cette jeune femme. Quelle est la place de nos questionnements intérieurs, de nos corps - en ce de notre force de travail, de nos rapports, de soi-même et de son propre reflet dans nos nouveaux modes de vie sur-communicants ? Qu’advient-il de l’humain dans notre système ?» Fabrice Murgia


CE QUE LA PRESSE EN DIT

« ... Le jeune auteur et metteur en scène belge Fabrice Murgia avait surpris l’année dernière avec son premier opus Le Chagrin des ogres primé au festival Impatience/Odéon-Télérama. Ce deuxième spectacle confirme son talent à rendre compte des vertiges de l’auto-filmage et des liens tissés sur la Toile. » Télérama

"... Ce nouveau spectacle de Fabrice Murgia met en scène une femme seule entre son appartement, son boulot et ses relations virtuelles. Une plongée muette dans la solitude ordinaire. Un formidable travail visuel et sonore au service d’un propos d’une actualité bouleversante." Le Soir

"Une femme seule s’invente un double sur internet et s’enferme petit à petit dans un monde virtuel. Pas un mot mais une comédienne troublante (Olivia Carrère) dans un univers visuel et sonore fascinant." Le Soir


DISTRIBUTION

Texte et mise en scène : Fabrice Murgia/Cie Artara | Interprétation : Olivia Carrère | Assistanat : Christelle Alexandre | Stagiaire : Camille Sansterre | Environnement vidéo : Arié Van Egmond | Cameraman : Xavier Lucy | Scripte : Lou Van Egmond | Régie vidéo : Giacinto Caponio | Création lumière : Pierre Clément | Régie lumière : Graziano Bardio | Scénographie : Vincent Lemaire | Décoration : Anne Goldschmidt, Marc-Philippe Guérig et Anne Humblet | Musique : Yannick Franck | Régie son : Simon Pirson | Régisseur général : Romain Gueudré | Machinerie : Michel Fisset et Jean-François Opdebeeck | Construction décor : Ateliers du Théâtre National/Bruxelles | Création costumes des avatars : Sabrina Harri | Figuration : Christelle Alexandre, Romain Gueudré et Albane Carrère | Coproduction : Théâtre National/Bruxelles, Theater Antigone/Courtrai, Festival de Liège, Maison de la culture de Tournai, CECN | Ce texte a bénéficié du soutien du Comité Mixte CWB / Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon / Promotion des Lettres du MCF | © Cici Olsson.

Fabrice Murgia est artiste associé au Théâtre National/Bruxelles.