Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Tribune

Le Père Noël est une ordure

Caroline Lamarche, autrice, associée au Théâtre National Wallonie-Bruxelles, exprime son indignation face aux dernières mesures CODECO

Le Père Noël est une ordure. Le Codeco de Noël aussi.
Etonnante, cette humble unanimité (« nous sommes tous sur la même longueur d’onde, nous n’avions pas le choix ») pour annoncer implacablement, en toutes lettres et en gras, « la fermeture de tous les établissements culturels, récréatifs et sportifs, en ce compris les théâtres, les salles de concert et les cinémas ».
— « C’est cela, oui… »
Voilà bientôt deux ans que la Culture est une variable d’ajustement qui sert à préserver « l’essentiel » (ici les courses de Noël et les agapes familiales). Et tant pis pour celles et ceux pour qui les fêtes ce n’est pas que cela, mais aussi le concert, le théâtre, le cinéma, le sport. Autrement dit : les enfants ailleurs que plantés devant la télévision, les solitaires ailleurs qu’accro à leurs smartphones, la communauté des spectateurs comme famille, le mouvement et la beauté comme préservation de la santé mentale.
Grâce à Dieu (et au gouvernement) il y a la réassurance par les chiffres - 4m2 par personne en extérieur, 10 m2 par personne dans les commerces (cherchez l’erreur) - et la magnanimité des exceptions, à savoir « les centres de bien-être, y compris saunas, solarium, jacuzzis, hammams et bains de vapeur, les salles de fête et de réception, les activités socio-culturelles, les lieux de culte ». Le tout sans plus de contrôle que d’habitude, du moins on peut le supposer puisque chacun de nous est en mesure de citer le nom d’une dizaine d’établissements où le CST n’est pas exigé. Par contre, dans les théâtres, les salles de concert, les cinémas : contrôle du CST, port du masque sans interruption, extracteurs d’air, jauge réduite. La récompense de tant de docilité, d’adaptabilité, de courage depuis des mois ? Des spectacles à nouveau annulés qui seront infiniment plus difficiles à relancer qu’un menu du jour, un goulot d’étranglement qui ressemble à une vis perpétuelle, l’impression, enfin, qu’on se moque de plus en plus de nous.
Heureusement, il nous reste la télé. Le film qu’on regarde pour la dixième fois au moins. Le Kloug qui coule, fume, pue et qu’on colmate avec le Chpot. Le sang qui gicle. Le slow qui tue. Les répliques-cultes :
— « Vous êtes vacciné contre le tétanos ? Je suis vacciné contre tout. »
— « Attendez de toucher le fond, et puis là, un bon coup de talon, et vous remonterez à la surface. »
Le cadavre, enfin, qu’on débite en morceaux emballés dans du papier-cadeau puis servis, pour leur petit-déjeuner, aux animaux du zoo.
— « Allo, SOS détresse amitié, bonjour ! »  

Caroline Lamarche, 22.12.2021

Les citations entre « … » sont extraites du film « Le père Noël est une ordure » de Jean-Marie Poiré.

© Théâtre National Wallonie-Bruxelles