C’est le dernier jour de Sami et Adil en tant qu’homme de ménage de la boîte de nuit Paradise. Après avoir fui le bain de sang en Irak, ils ont tout fait pour essayer de trouver une vie meilleure en Europe. Aujourd'hui, leur mère est mourante. Sans papiers, rentrer au pays peut signifier perdre tout ce pour quoi ils ont travaillé si dur. Vont-ils risquer leur avenir pour un dernier adieu à leur mère ?

Issus de deux tribus qui se menacent mutuellement de guerre, Iran et Israël, Sahand et Raphael, ont une réelle fraternité artistique. Dans ce spectacle, ils ont choisi de mettre de côté leurs propres histoires de migration forcée et de conflit, et de raconter cette histoire qui n'est pas la leur. Celle de deux frères kurdes.

Dans ce récit d'exil et de refuge, sur fond de conflit interne et de références bibliques, Raphael Rodan (1980, Israël) et Sahand Sahebdivani (1980, Iran) montrent un sens de la narration qui faisait déjà la saveur de My Father Held a Gun. Maniant le storytelling avec adresse, ils proposent un dispositif qui se joue des clichés et dans lequel la fiction se nourrit du réel.

 


Le TTO reprend le spectacle précédent de Raphael et Sahand
12.04 > 23.04.2022

MY FATHER HELD A GUN
de Sahand Sahebdivan, Raphael Rodan et Albert Maizel
Du mardi au samedi à 20h30 au Théâtre de la Toison d'Or

Infos

  • Langue

    EN surtitrage FR

  • Lieu

    Salle Jacques Huisman

  • Durée

    70'

Calendrier

  • Mardi
    20:30
  • Mercredi
    20:00
  • Jeudi
    20:30
  • Vendredi
    20:30
  • Samedi
    20:30

Distribution

  • Texte
    Raphael Rodan
    Sahand Sahebdivani
    Vasile Nedelcu 


    Interprétation
    Raphael Rodan
    Sahand Sahebdivani
    Duygu Alkan


    Mise en scène
    Vasile Nedelcu

    Régie générale
    Aurore Leduc
    Benoît Pelé

    Régie Lumière
    Isabel Scheck

  • Régie son
    Célia Naver

    Régie vidéo & surtitrage
    Pier Gallen

    Technicien plateau
    Thomas Linthoudt

    Inspiré par le travail de
    Tom Radcliffe

    Production
    Storytelling Centre

    Remerciements
    Dorèndel Overmars, Irina Koriazova, Julie Peters, Mirko Lazović, Arjen Barel, R. Rasheed