Théâtre National

J’abandonne une partie de moi que j’adapte

au Théâtre des Martyrs

Justine Lequette / Group Nabla

Tickets

Profondément marqués par le film documentaire tourné par Edgar Morin et Jean Rouch en 1960, Chronique d’un été, première expérience française de cinéma-vérité, Justine Lequette et ses quatre comédiens en reprennent les questions-clés, adressées à des passants, étudiants, ouvriers, employés, immigrés, dont l’entretien se prolongeait parfois dans un cadre plus intime.
Ces questions, qui portent sur le bonheur, la vie, le travail, les utopies, … ils se les posent aujourd’hui dans une société qui, cinquante-huit ans plus tard, est à la fois restée la même et a beaucoup changé. Mettant les deux époques en perspective, ils insistent, en se nourrissant aussi de séquences documentaires de Pierre Carles, d’extraits de pièces d’Alexandra Badea ainsi que d’écritures de plateau, sur la question du sens que nous donnons à nos vies, dans une esthétique inspirée du réel mais qui toujours développe un point de vue et une dimension ludique.

Image
Hubert Amiel

Infos

Langue

FR

Durée

70’

Lieu

Théâtre des Martyrs

Niveau sonore

catégorie 2

Et aussi...

My Sweet Devil

Distribution

Un projet initié et mis en scène par
Justine Lequette

Écriture collective

Avec
Rémi Faure, Benjamin Lichou, Jules Puibaraud, Léa Romagny

Assistant à la mise en scène
Ferdinand Despy

Création lumière
Guillaume Fromentin

Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Production
Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Coproduction
Group Nabla

Projet issu d’un
Solo Carte Blanche de l’ESACT

Avec le soutien de
l’ESACT, La Chaufferie-Acte1, Festival de Liège, Eubelius

Le spectacle J’abandonne une partie de moi que j’adapte inclut des extraits de textes (et d’images) de
Je te regarde d’Alexandra Badea, L’Arche Editeur, www.arche-editeur.com ;
Attention Danger Travail et Volem Rien Foutre al pais, Pierre Carles, Christophe Coello & Stéphane Goxe, C-P Productions ;
Chronique d’un été, Jean Rouch & Edgar Morin, Argos films

Remerciements particuliers à
Nathanaël Harcq, Annah Schaeffer, Astrid Akay & Jo De Leuw