Passer au contenu principal
Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Paroles

ONE SONG

ONE SONG − Histoire(s) du théâtre IV | Miet Warlop / ntgent & Irene Wool
Imaginez un concert avec une seule chanson qui se répète à l’infini, où les musicien·nes sont aussi des sportif·ves, où la salle se fait théâtre, arène, gymnase, le tout rythmé par un métronome compulsif et aléatoire. 

RUN FOR YOUR LIFE
‘TILL YOU DIE
‘TILL I DIE
‘TILL WE ALL DIE

KNOCK KNOCK
WHO’S THERE?
IT’S YOUR GRIEF FROM THE PAST
NOT POSSIBLE
FOR ALL TIME SAKE 
CAUSE
GRIEF IS LIKE A ROCK
IN YOUR HEAD
IT’S HARD IT’S ROUGH
IT’S JUST ALWAYS THERE
IT’S SALTY
I CAN TASTE IT ON THE DROP
ROLLING DOWN MY NOSE
GRIEF IS LIKE A BLOCK
IN YOUR HEAD 
ALL SINCE THEN 
I HEAT THE ROCK
I SAND THE ROCK
I MOVE THE BLOCK 
I CAN TASTE IT ON THE DROP
ROLLING DOWN MY NOSE
GRIEF IS LIKE A BLOCK
IN YOUR HEAD
IT’S HARD
IT’S ROUGH

SHIFTING SHAPE
TURNING SWEET
GRIEF BECOMES A GRAPE

AT THIS VERY MOMENT
WHEN OTHERS ARE ON MUTE
THE GRAPE WILL BURST
YET GRIEF REMAINS A FRUIT. 

ALL WE NEED IS 
THAT IT FINDS ITS WAY
STREAMING DOWN THE WALLS
GRIEF IS HERE TO STAY.

ALL WE NEED IS 

THAT IT FINDS ITS WAY
SNAP, BREAK, CRACK, FOLDS, RIPPLES
GRIEF IS HERE TO STAY.

ALL WE NEED IS
THAT IT FINDS ITS WAY
GRIEF IS LIKE A LIQUID
AND IT NEVER GOES AWAY

ALL WE NEED IS
THAT IT FINDS ITS WAY
THE EARTH BENEATH YOUR FEET
DAY AFTER DAY AFTER DAY AFTER DAY …

(OH YOU THINK YOU ARE SILENT, AND IN A BUBBLE 
BUT EVERYONE AROUND YOU SMELLS YOUR TROUBLE)

SAUVE QUI PEUT
AVANT QUE TU CRÈVES
AVANT QUE JE CRÈVE
AVANT QU’ON CRÈVE TOUS

TOC, TOC, TOC,
QUI EST LÀ ?
C’EST TON CHAGRIN PASSÉ
IMPOSSIBLE
COMME AU BON VIEUX TEMPS
TU SAIS
LE CHAGRIN C’EST UN ROCHER
DANS TA TÊTE
C’EST DUR, C’EST ÂPRE
C’EST INEXORABLE
C’EST SALÉ,
JE LE SENS À CETTE GOUTTE
QUI ROULE SUR MON NEZ
LE CHAGRIN C’EST UNE MASSE
DANS TA TÊTE
ET DEPUIS TOUT CE TEMPS
JE CHAUFFE LA ROCHE
JE FAÇONNE LA ROCHE
JE DÉPLACE LA MASSE
JE LE SENS À CETTE GOUTTE
QUI ROULE SUR MON NEZ
LE CHAGRIN C’EST UNE MASSE
DANS TA TÊTE
C’EST DUR, 
C’EST ÂPRE

MÉTAMORPHOSE
MÛRIR ET MUER
LE CHAGRIN SE CHANGE EN RAISIN SUCRÉ

À CET INSTANT PRÉCIS
ALORS QUE TOUS SE TAISENT,
LE RAISIN ÉCLATE
LE CHAGRIN RESTE UN FRUIT 

IL LUI SUFFIT
DE TRACER SON CHEMIN
DE SERPENTER LE LONG DES MURS
LE CHAGRIN PREND RACINE

IL LUI SUFFIT 
DE TRACER SON CHEMIN
BRISER, ROMPRE, CÉDER, IL SE PROPAGE 
LE CHAGRIN PREND RACINE

IL LUI SUFFIT
DE TRACER SON CHEMIN
LE CHAGRIN S’INFILTRE COMME UN LIQUIDE 
ET REVIENT TOUJOURS

IL LUI SUFFIT
DE TRACER SON CHEMIN
LA TERRE SOUS TES PIEDS
JOUR APRÈS JOUR APRÈS JOUR APRÈS JOUR…

(TU TE CROIS DISCRET, TU T’ES CALFEUTRÉ
MAIS AUTOUR DE TOI ON LIT DANS TES PENSÉES)

© Michiel Devijver
Le Rideau de saison, Maak & Transmettre · photos : Lucile Dizier, 2024