Tel un catalyseur incontrôlable et débridé de tout risque d’atteintes aux libertés fondamentales, la pandémie mondiale semble intensifier l’altération des rapports qui lient les États et les citoyens. Sa gestion a, de toute évidence, exacerbé les dispositifs de contrôle, de surveillance, de gouvernance confiée aux statistiques et algorithmes… Si ce constat concerne les États vis-à-vis de leur population, il englobe tout autant certaines pratiques d’observation horizontale entre les citoyens eux-mêmes. 

Pourtant, les mécanismes de veilles démocratiques multilatérales sont tout autant constitutifs des États de droit et doivent faire l’objet d’une vigueur constante. Si la confiance et la défiance permettent de questionner nos rapports à l’information, au savoir, à l’autorité, à la coercition, au collectif… Comment garantir l’exercice nuancé de la pensée critique ? Quelle confiance garder envers nos États de droit ? Quelle défiance adopter envers toute entrave aux libertés humaines ? Comment maintenir une confiance envers les faits, les acquis scientifiques et juridiques ? Comment comprendre et atténuer le recours aux expressions d’exclusion, de jugement, de délation, de dénonciation entre citoyens ?


La programmation complète sera disponible en septembre 2021 
sur www.festivaldeslibertés.be

Programme