Persoverzicht

La Dernière nuit du monde / Laurent Gaudé, Fabrice Murgia

"Prolongé de plusieurs soirées au Festival d’Avignon où il a été créé, le dernier spectacle de Fabrice Murgia et Laurent Gaudé nous entraîne dans un monde futur aux côtés d’un homme seul. Seul depuis la disparition de sa compagne au cœur de la nuit. D’ailleurs, la nuit aussi a disparu…"
Jean-Marie Wynants, Laurent Gaudé et Fabrice Murgia: la nuit, inutile et essentielle, dans Le Soir, le 24.08.2021

 

"Fabrice Murgia présentait sa dernière création La Dernière Nuit du monde au Festival d’Avignon. L’occasion de rencontrer l’auteur de la pièce de théâtre, Laurent Gaudet. Ses nuits sont plus belles que ses jours."
Sylvia Botella, [Interview] La Dernière Nuit du monde/Laurent Gaudé : « Repousser le moment de l’endormissement, voler des heures à la nuit, c’est ce que j’aime », dans Toute La Culture, le 23.07.2021

 

"Un excellent  spectacle où  Murgia excelle comme toujours à la mise en scène aux allures très techniques, et on le sait, avec lui, la magie arrive vite. C’est une joie de le retrouver sur scène, heureux d’en découdre avec le plateau. Et aussi, merci d’avoir joué sous la pluie."
Amélie Blaustein Niddami, La nuit où Murgia a joué sous la pluie au Festival d’Avignon, dans Toute la Culture, le 13.07.2021

 

"La mosaïque des images et des dialogues par vidéo interposée, la présence de plus en plus incarnée de ces interprètes enfermés dans leur bulle de solitude – lui danse son désarroi, elle chante sa complainte – font de ce moment théâtral une fable poétique dont l’écho résonne étrangement avec notre temps. Même si la situation n’est pas comparable avec la pandémie actuelle, on y voit une planète entière s’abîmer dans une même catastrophe. Et l’on en ressort en méditant."
Emmanuelle Bouchez, Avignon 2021 : “La Dernière Nuit du monde”, un conte futuriste captivant, dans Télérama, le 13.07.2021

 

"Au sortir d’Anne-Cécile Vandalem, on a ce désir d’une vie plus réelle; après Murgia, celui d’une nuit libérée du poids des jours; avec Caroline Nguyen celui d’un monde enfin plus fraternel."
Guy Duplat, Premier bulletin d’Avignon: mention très bien, dans La Libre, le 10.07.2021

 

"La pièce, qui démarre comme un thriller, devient une fiction romanesque mais réussit à tenir le fil. Pendant deux heures Murgia nous tient en haleine, racontant les événements dans un carré de lumière. Derrière lui, un écran où apparaissent en gros plan les autres personnages. A cour, un studio d’enregistrement où est assise Lou (Nancy Nkusi, vibrante et d'une étourdissante beauté). De la neige recouvre la scène."
Sophie Jouve, Festival d’Avignon : "La dernière nuit du monde", une science-fiction de Laurent Gaudé terriblement vraisemblable !, dans France Info Culture, le 09.07.2021

 

"Interroger, poser le débat, offrir des pistes d’espérance. C’est aussi ça le but de la création artistique. "Il faut que le spectacle offre des pistes. On est là pour créer du débat et que le spectacle offre les pistes pour ce débat. Et dès qu’il y a débat il y a espoir", indique Fabrice Murgia."
Festival d’Avignon : "La nuit est un des derniers espaces qu’on n’a pas réussi à transformer en valeur marchande", pointe Fabrice Murgia, sur RTBF Info, le 09.07.2021

 

"Pour son retour à la scène, Fabrice Murgia donne à Gabor une vraie épaisseur, celle d’un homme trop sûr de lui qui n’est plus que l’ombre de lui-même. Sur l’écran surgissent tous les fantômes du passé, à commencer par une représentante du peuple Sami qui égrène les multiples arguments des siens contre la disparition de la nuit tandis que le public s’installe, y faisant à peine attention. Belle idée qui fait entendre la voix de la raison dans une indifférence générale. Mais la plus belle idée reste d’avoir confié le rôle de Lou à Nancy Nkusi. Contrastant avec l’agitation de Gabor, elle offre une présence forte, calme, émouvante, lumineuse. L’alchimie entre les deux comédiens est parfaite de bout en bout. Et la voix profonde de la jeune femme, épousant des rythmes jazzy, rend à la nuit toute cette magie qu’aucune pilule ne pourra jamais remplacer."
Jean-Marie Wynants, Avignon: deux voix dans la dernière nuit du monde, dans Le Soir, le 08.07.2021

 

"Le rêve d’un théâtre exemplaire, dont le propos fédérerait autant de disciples qu’il y a de personnes dans la salle, imprègne cette édition 2021. Besoin, sans doute, de retrouver du sens après une année de fermeture des lieux culturels. Nécessité de faire réfléchir plus que de divertir. Désir de faire bloc quand caracole partout l’individualisme."
Joëlle Gayot, Avignon 2021 : où va le monde ? Le Festival tire la sonnette d’alarme, dans Telerama, le 06.07.2021

 

"Fabrice Murgia signe la mise en scène. On le retrouve également sur le plateau, aux côtés de Nancy Nkusi, dans le rôle d’un homme qui a participé activement à la mise en place de ce nouveau mode de vie et qui aujourd’hui se mord les doigts."
François Caudron, La dernière nuit du monde, le cauchemar éveillé du tandem Fabrice Murgia/Laurent Gaudé, sur RTBF, le 01.07.2021

 

L'info culturelle, La Dernière nuit du monde rencontre avec Fabrice Murgia, MUSIQ3 - Culture, le 01.07.2021

 

" J’ai besoin après mon départ du National de porter, en tournée, un récit complexe face à des publics divers. Je veux rassembler des gens autour de cette histoire-là, un peu comme Wajdi Mouawad, Simon Mc Burney, Robert Lepage, ces concepteurs qui aiment raconter sur le plateau l’histoire qu’ils ont écrite ou imaginée. C’est un geste de générosité envers le public - Fabrice Murgia."
Christian Jade, « La dernière nuit du monde ». Le triple défi de Fabrice Murgia., dans Ouvrir l'oeil, le 30.06.2021

 

"On en sort rassuré -dans la vraie vie, on n'en est pas encore arrivé là- mais avec la certitude qu'il est temps d'agir pour ne pas foncer dans le mur."
Estelle Spoto, Critique scènes: Fabrice Murgia retient la nuit, dans Le Vif Focus, le 29.06.2021

 

"J’avais envie de parler de cette pression sur la nuit où le temps de sommeil ne cesse de diminuer, à cause, entre autres, de la luminosité mais surtout de la culture du H24. Nous avons donc, Laurent Gaudé et moi, imaginé une légère anticipation où l’humanité trouverait le moyen de ne dormir que 45 minutes. La nuit deviendrait exportable, un espace à occuper."
Fabrice Murgia pour Laurence Bertels, Et si la nuit, elle aussi, pouvait s’acheter ?, dans La Libre, le 25.06.2021

 

"Que se passerait-il si on arrêtait de dormir ? C’est un spectacle poétique et métaphorique, où l’on suit un personnage en quête de sa compagne, disparue le jour où une pilule permettant de ne dormir que 45 minutes par nuit a été mise sur le marché. […] Le jeu est de faire tomber le public dans le piège de cette apparente utopie. L’humain comme animal social est un parasite pour cette planète." 
Aliénor Debrocq, Fabrice Murgia, comédien: "Que se passerait-il si on arrêtait de dormir?", dans L'Echo, le 21.06.2021

Programma

Productions