Passer au contenu principal
Théâtre National Wallonie-Bruxelles

J’ai une épée

Léa Drouet

18 > 21.05.2023
Kunstenfestivaldesarts

Le théâtre de Léa Drouet ne pardonne rien. Il est profondément calme, enraciné dans les replis de la matière quotidienne, par souci de nécessité, mais aussi de simple honnêteté du regard. Il est inséparable de la recherche d’une forme de représentation qui ne s’arrête pas à ce qui est « donné » ou à l’archétypal, mais va plus loin, jusqu’à une expérience souvent mystérieuse. C’est de là que tout part.

Après Violences présentée au Kunstenfestivaldesarts en 2021, la nouvelle création J’ai une épée est l’un des sommets de ce mystère, celui de l’enfance. Croisant l’enquête de terrain, la fiction et une écriture de plateau qui se trame à la jonction du son, de la scénographie, du texte et du corps, la metteuse en scène et performeuse cherche moins à « regarder les enfants » selon une logique qui, sous couvert de nouvelle attention à donner, demeure celle du ciblage des identités, mais commence par « regarder comment on regarde les enfants ». Quels sont les « entours » de l’enfance ? Quelle forme donne aux enfants la manière dont ils sont observés et représentés, notamment par les institutions supposées les protéger, les éduquer, les encadrer ? Quels cadres  existent, justement, et quels décadrages peuvent s’opérer pour qu’un enfant ait la place d’exister?

Que voit-on de l’enfant de 10 ans que l’on conduit à l’aube au poste de police sous l’accusation d’apologie du terrorisme ; de celui de 16 ans qui remets en question la justice exercée à l’ecole, de celui de 14 ans que l’on accueille à la maison, comme « mineur non accompagné » ?

Entre enquête et fabulation,  dans une esthétique du jeu de construction,  une scénographie pailletée, une musique, composée par Èlg, reprenant les codes de la charge épique qu’on aurait trempée dans un bain de sonorités électroniques synthétiques et colorées, Léa Drouet fait peu à peu apparaître sans jamais le montrer directement, ce point absent de l’enfant qui insiste tout en échappant. Il ne s’agit pas de le rattraper mais peut-être juste de le laisser filer avec tout ce que cela implique de tremblement mais aussi de paillettes, de licornes aux couleurs acidulées et saturées.

Première
Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Coproduction Kunstenfestivaldesarts, Théâtre de Liège, Mars-Mons, Le Maillon-Strasbourg, Le Printemps des Comédiens
Coréalisation Kunstenfestivaldesarts, Théâtre National Wallonie-Bruxelles

18.05.2023 · 20:00 – introduction au spectacle · fr, nl, en
19.05.2023 – Rencontre après spectacle
20 & 21.05.2023 – École expérimentale #10 · Renverser l’école · Léa Drouet & Camille Louis
21.05.2023 – Rencontre après spectacle avec Sylvain George, réalisateur du film Nuit obscure projeté le 15 mai à 18:00 au cinéma Palace.

Calendrier

  • - 20:30

    Introduction · 20:00 · fr, nl, en

  • - 20:30

    Rencontre après spectacle

  • - 18:00

    Séance interprétée en langue des signes · LSBF

  • - 15:00

    Représentation en après-midi / Rencontre après spectacle avec Sylvain George

Informations

Langue

fr, surtitrage en, nl

Durée

50'

Lieu

Studio

Distribution

Metteuse en scène et jeu 
Léa Drouet

Dramaturge
Camille Louis

Textes
Léa Drouet
Camille Louis
« Le poème d'Hamza »  a été recueilli par Sylvain George et est extrait de son film Nuit Obscure - Au revoir ici, n'importe où 

Scénographe 
Élodie Dauguet

Composition musicale
Èlg

Lumières
Nicolas Olivier

Costumes
Eugénie Poste

Régie générale
François Bodeux

Régie plateau
Stéphanie Denoiseux 

Régie son
Jeison Pardo Rojas

Assistante à la mise en scène
Marion Menan

Développement production et diffusion
France Morin
Anna Six
AMA Brussels

Un spectacle de
Léa Drouet / Vaisseau asbl

Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Production
Théâtre National Wallonie-Bruxelles, Vaisseau asbl

Coproduction
Maillon, Théâtre de Strasbourg Scène européenne, Kunstenfestivaldesarts, Printemps des Comédiens – Montpellier, Théâtre de Liège, Mars-Mons – Arts de la scène, Centre Culturel André Malraux – Scène Nationale de Vandœuvre-lès-Nancy, NEXT Arts Festival, Le Phénix – Scène Nationale de Valenciennes, La Coop asbl, Shelter Prod

Avec l’aide de
La Fédération Wallonie- Bruxelles, Service Général de la Création Artistique – Direction du Théâtre

Avec le soutien de
Kunstencentrum Buda, La Bellone - House of Performing Arts, ING et du Tax Shelter du gouvernement fédéral belge

Remerciements
François Bonnet, Boube, Mamie Jo, Billie Diane, Lamia Mellal, Hélène Ferraris, Sylvain George, l'école secondaire plurielle Maritime-Molenbeek, Antoine Pohu, Emmanuelle Nizou, Nicolas Mouzet Tagawa, Claire Rappin, Bertrand Ogilvie, Simon Loiseau,  Jeanne Brouaye

Le Rideau de saison, Maak & Transmettre · photos : Lucile Dizier, 2024