"Nous voulons comprendre autre chose", voici les premières lignes de Antigonick de Anne Carson, traduit par Édouard Louis.

Édouard Louis (Histoire de la violence, En finir avec Eddy Bellegueule, Qui a tué mon père), et Claire Stavaux (L’Arche éditeur), respectivement traducteur et éditrice d’Anne Carson, viendront sonder en profondeur la portée politique décuplée du livre Antigonick d’Anne Carson, adaptation vive d’Antigone. Cet entretien se fera en compagnie en compagnie de Sophie Creuz, chroniqueuse littéraire à l’Echo et Musiq3 (RTBF) et libraire. 
 
Antigone est par essence le personnage de la tragédie antique qui a refusé de se soumettre à l’autorité aveugle. Bravant l’interdit de son oncle Créon, la jeune femme a cherché à obtenir une digne sépulture pour son frère Polynice. Anne Carson, poétesse, essayiste, traductrice et professeur de lettres classiques, a pris appui sur la trame de la pièce de Sophocle mais l’a radicalisée, y a apposé sa touche audacieuse et son humour et injecté à la trame le personnage de Nick, présence silencieuse et omniprésente, qui mesure toute chose. Que peuvent la littérature et la poésie face aux dictatures ?  En quoi Antigone reste-elle une figure aussi déchirante que contemporaine ?  

Infos

Et aussi...