Théâtre National

La nano-danse

Par Michèle Anne De Mey

Les propos suivants ont été retranscrits à partir d'une interview de Michèle Anne De Mey réalisée par Fabienne L'Abbé / TFO en 2015. Voir la vidéo de l'interview

"La nano-danse est un spectacle d'art vivant où le public assiste à la fabrication d'un film en direct. Il assiste donc à la fois au making-of et au film. Il voit sur l'écran le résultat de ce qui est filmé par une caméra et un caméraman visibles, et des acteurs également sur le plateau.

"Nano" car ce sont des mondes miniatures que la caméra capte. Les personnages principaux qui sont suivis sont des petites poupées, des mains dansantes. Le public ne voit pas ces mondes car ils sont trop petits. C'est la caméra qui les révèlent. Et ce que le public voit avec ses yeux, c'est ce que la caméra ne voit pas : la salle, le plateau et le making of.

Aucune image est enregistrée à l'avance. Tout est fait en live. La seule chose qui est pré-enregistrée, c'est le son. Mais il est mixé aussi en live pour le jour de la représentation.

Ce travail a été pensé comme un jeu et une expérience. Nous sommes une bande de copains qui se sont mis ensemble et ont expérimenté. L'histoire est la dernière chose qui est venue, les chorégraphies aussi.
Le bonheur le plus grand était de travailler en collectif. C'est un partage où tout le monde se mêle de tout. Ne pas savoir où l'on va et découvrir l'univers des autres, se l'approprier et construire petit à petit...

Le défi était de se retrouver sur un plateau avec des personnes qui n'ont jamais été des comédiens. Des caméramans, des techniciens, pour qui l'enjeu est de faire un long métrage avec une caméra en étant vu, d'être en fait acteur et praticien de son art.

L'autre défi était d'être en scène tout en étant extrêmement attentif à faire tout ensemble, chose que l'on acquiert dans la construction et en jouant. C'est une des plus grandes forces du spectacle je crois. C'est comme un orchestre qui joue une partition très écrite mais la chose la plus importante, c'est d'être coordonné et à l'écoute l'un de l'autre pour que tout existe et puisse être dans son plus beau résultat, dans sa vibration, et son énergie la plus sensible, chose qu'on ne sait pas dire avec des mots et autrement. Et ça c'est l'art vivant.

Cette richesse de la danse, de la sensualité entre la caméra, la narration, les couleurs, la peau, c'est le partage, c'est ce qui se passe entre les médias, entre la danse, le cinéma, la scène, la lumière. Et c'est ça qui m'a vraiment le plus étonnée et transportée en fait"

 

A voir Cold Blood, Thomas Gunzig, Michèle Anne De Mey & Jaco Van Dormael - Collectif Kiss & Cry - 12 > 23.12.17