Codebreakers

Ils ont fait preuve de liberté de pensée mais aussi d’un grand courage

Codebreakers / Vladimir Steyaert / interview, partie II

Qu’aimerais-tu que le public retire de ces 4 destins liés de briseurs de codes ?

J’aimerais que l’on se rende compte à quel point on a besoin de gens comme eux. Et à quel point aussi ils ont tous à leur manière fait preuve de liberté de pensée mais aussi d’un grand courage. Et qu’ils nous invitent à cesser d’être passifs et spectateurs de nos vies.

 

N’y a-t-il pas quelque-chose de commun dans l’espèce de folie qui les habite tous ?

J’ai beaucoup pensé à ce que Michel Foucault dit de la folie[1] . Ces 4 personnages à 4 époques différentes pourraient aussi constituer une espèce d’histoire de la folie telle qu’elle est expliquée par Foucault. C’est à dire ce que la société considère comme fou et qu’il conviendrait d’écarter d’une façon ou d’une autre : l’homo, l’hystérique, l’hérétique, le transgenre, etc. Et de la façon dont on les surveille et les punit : les geôles de l’inquisition, l’asile d’aliénés, la castration chimique comme alternative à la peine de prison et enfin l’isolement total parmi les nouvelles formes de coercition actuelles.

 

Avec Camille Claudel, on aborde directement le thème de la folie ?

Camille Claudel a eu de vraies crises de folie à un moment de sa vie. Elle a détruit toutes ses œuvres dans un délire paranoïaque après que Rodin l’eut quittée. Elle ne se lavait plus, etc. Quelques années après son internement forcé, les médecins écrivent à la famille Claudel que Camille est guérie mais ils refusent de venir la reprendre. C’est difficile à comprendre. Paul Claudel outre son activité littéraire était diplomate et voyageait beaucoup, il n’avait pas le temps, et ne voulait sans doute pas s’encombrer d’une sœur instable, même s’il l’aimait beaucoup et admirait son travail. Elle était plus âgée que lui et l’avait aussi aidé à découvrir la poésie (ce qui est évoqué dans le spectacle par un échange de lettres sur la poésie de Rimbaud).

J’aimerais aussi rapprocher Camille Claudel et sa folie de celle de Lady Macbeth, son personnage favori chez Shakespeare.

 

[1] Folie et déraison. Histoire de la folie à l'âge classique est la thèse majeure du doctorat d'État et le premier ouvrage important de Michel Foucault, 1972 , qui y étudie les développements de l'idée de folie à travers l'Histoire.

 

Propos recueillis par Cécile Michel
Le 2 avril 2019

 

Codebreakers / Vladimir Steyaert / interview

Programme