L’heure
de la beauté
a sonné !

Le moment est venu de vous présenter ma dernière saison au Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

Lorsque vous la parcourrez, certains titres vous seront probablement familiers et pourtant peu ont pu rencontrer le public comme ils le méritaient. Donner une priorité toute naturelle à cette multitude de créations malmenées, nous offre, ironie du sort, une saison que nous n’aurions pu rêver.

Au cours de l’année écoulée, notre théâtre était tout sauf à l’arrêt. L’équipe a travaillé d’arrache-pied pour inscrire dans notre saison ces spectacles plusieurs fois reportés, ou encore pour donner une bulle d’oxygène par la fiction radiophonique en créant notre application VOIX.E.S.
Les artistes préparaient la relance culturelle et les mythes du pseudo-nouveau monde tant attendu.
Le Théâtre National, fidèle à son histoire, est devenu le lieu de protestation d’une profession éprouvée.

Mais de cela, nous ne vous parlerons pas.

Car au diable le mépris, l’heure de la beauté a enfin sonné. Le temps est au présent, nous sommes ici et nous vous attendons.

Je remercie du fond du cœur l’équipe du théâtre, les partenaires et les artistes auprès desquel.le.s j’ai cheminé. Je souhaite à celleux qui me succéderont d’aller plus loin, et que l’indignation et l’imaginaire restent les instruments premiers pour que la création l’emporte. 

Et surtout… à bientôt.  


Fabrice Murgia